Film

Affiche du film

Ce film retrace l'histoire "vraie" plus célèbre facteur de France: le facteur Cheval. L'histoire se déroule au 19ème siècle à Hauterives dans la Drôme.
Le film est sorti le 16 janvier 2019 au cinéma / 1h 45min.
De Nils Tavernier, avec Jacques Gamblin, Laetitia Casta, Bernard Le Coq.

Histoire et personnages

"Fin XIXème, Joseph Ferdinand Cheval, est un simple facteur qui parcourt chaque jour la Drôme, de village en village. Solitaire, il est bouleversé quand il rencontre la femme de sa vie, Philomène. De leur union naît Alice. Pour cette enfant qu’il aime plus que tout, Cheval se jette alors dans un pari fou : lui construire de ses propres mains, un incroyable palais. Jamais épargné par les épreuves de la vie, cet homme ordinaire n’abandonnera pas et consacrera 33 ans à bâtir une œuvre extraordinaire : "Le Palais idéal".

Jacques Gamblin et Laëtitia Casta tiennent les rôles principaux à savoir Joseph Ferdinand Cheval et sa femme Philomène.  Un jeu d'acteur juste et captivant. Ces deux personnages ont une profondeur touchante.
En effet, leur vie n'a pas été facile: campagne rude, perte d'un enfant... Mais quelle détermination dans leur actes.
Le facteur Cheval n'abandonne jamais malgré les épreuves de la vie: il est têtu et il veut mener à bien son projet, créer un palais pour sa fille Alice.
Alice, cette fille tant aimée et chérie, qui l'aide aussi à construire son palais jour et nuit.

La nature a aussi un rôle important dans le film. C'est en la contemplant que le facteur Cheval s'inspire pour sa construction: les arbres, les oiseaux, les galets... Tout est source d'inspiration.
Lire notre article consacré aux oiseaux dans le palais.


Jacques Gamblin et Laetitia Casta

Une œuvre toujours visible à Hauterives

Ce qui est fabuleux, c'est que le résultat de ce travail acharné est encore visible aujourd'hui à Hauterives, puisque l'on peut visiter le Palais Idéal tous les jours de l'année (sauf fermetures dues à la crise sanitaire).
Le palais est au cœur de notre petit village de la Drôme des Collines (à 1h00 au sud de Lyon et de St Etienne et à 30 min au nord de Valence).
Face à ce palais, on se sent très humble. Il faut se rendre compte que le facteur Cheval a passé 33 ans de sa vie à sa construction !
Il faut aussi préciser qu'il a achevé son œuvre. Il est allé au bout de son rêve: vous avez devant les yeux une œuvre aboutit tel que l'a voulu son constructeur.

Il ne faut pas oublier son deuxième chef-d’œuvre: son tombeau. Dans le cimetière communal, le facteur Cheval a décoré, sculpté et embelli à son image le tombeau familial pendant 8 ans (après le palais idéal). Tout est encore visible aujourd'hui, pour le plus grand bonheur de tous.

 


1ère œuvre naïve au monde

Ferdinand Cheval, par ses origines rurales, et son absence de références artistiques est considéré comme le précurseur mondial de l’art brut. Il est proche de Gaudi, avec son délire baroque, et de Dali par son extravagance ornementale.
Admiré par les surréalistes, Picasso, Niki de Saint Phalle, il a construit un palais purement imaginaire qui fut la concrétisation d’un rêve. Avril 1879. Ferdinand Cheval, facteur rural âgé alors de 43 ans, butte sur une pierre si bizarre lors de sa tournée qu’elle réveille un rêve.
Véritable autodidacte, il va consacrer 33 ans de sa vie à bâtir, seul, un palais de rêve dans son potager, inspiré par la nature, les cartes postales et les premiers magazines illustrés qu’il distribue.
Une œuvre classée « Monument historique » par Malraux en 1969.


Le palais idéal aujourd'hui